Ma Tribune parue dans #Destimed

Voilà maintenant 10 mois que je suis en campagne et que je poursuis mes rencontres avec les Marseillaises et les Marseillais.

J’aime ces chaleureux instants de partage qui sont pour moi l’essence même de mon engagement : agir pour mes semblables et améliorer leur vie.

Je consulte, j’écoute, j’interroge et chaque jour le Marseille de demain se construit.

C’est un dessein pour les années et les décennies à venir que je souhaite pour notre Ville et ma démarche repose sur un plan d’actions en profondeur.

Je fixe des objectifs, des priorités et le temps venu chacun d’entre vous pourra évaluer les réalisations entreprises.

Les engagements que je prends aujourd’hui, j’en serai comptable demain. Je les tiendrai.

Je n’ai pas d’ambition personnelle, je ne suis ni égocentrique ni tourné vers une logique d’appareil. Je pense avoir une vocation pour Marseille et je ferai tout pour la mettre au service de mes concitoyens.

Je serai un Maire à plein temps, exclusivement investi pour sa ville et ses habitants.

Je souhaite que cette dynamique profite pleinement à notre territoire et chacun dans ses compétences, mon ami Renaud Muselier à la tête de la Région Sud et mon amie Martine Vassal à la présidence du Département des Bouches-du-Rhône et de la Métropole, nous pourrons écrire une nouvelle page de notre histoire commune.

C’est pourquoi j’ai appelé à la mise en place d’une nouvelle gouvernance pour Marseille et que la participation citoyenne soit davantage sollicitée, avec des élus qui agissent en toute transparence et selon une réelle éthique politique.

Parallèlement, je souhaite engager une nouvelle étape dans le processus de décentralisation des compétences aux mairies de secteur afin qu’une meilleure gestion de proximité puisse être possible.

Un tel engagement servira tant les grands projets que les problématiques du quotidien.

C’est pourquoi je souhaite organiser, dès l’automne 2019, les Etats Généraux des Ecoles Marseillaises afin que tous les problèmes soient mis à plat et que des solutions rapides et concrètes puissent être mise en œuvre dès mars 2020, que ce soit face au problème du PPP ou à la réalisation des petits travaux du quotidien dont la compétence devra être décentralisée aux mairies de secteur.

Les infrastructures sportives appellent également à une profonde revalorisation. Je souhaite non seulement entamer dès l’an prochain la réhabilitation des équipements sportifs, notamment des piscines et étendre les horaires d’ouverture de ses dernières afin que sport et vie professionnelle puissent pleinement se concilier.

Les récents épisodes de canicule ont montré la nécessité de lutter contre les îlots de chaleur. Se reconnecter à la Nature, respecter l’environnement et reverdir la Ville deviennent des enjeux prioritaires.

L’opération « Prêt … Plantez ! », qui ambitionne de planter 25.000 arbres sur tout Marseille durant le mandat, est une des pistes que j’ai proposé.

Afin de favoriser la pédagogie et l’éducation à l’écologie, je souhaite que Marseille, Ville résolument tournée vers les sciences et la Mer, soit enfin dotée d’une Cité des sciences et d’un pôle océanographique tout public mettant en avant les trésors de la faune et de la flore méditerranéennes.

Cette transformation en profondeur doit s’appuyer sur une nouvelle politique de sécurité. Il est indispensable que la deuxième Ville de France puisse disposer d’un effectif de 1.000 policiers municipaux d’ici la fin du mandat et que les Marseillais se sentent davantage en sécurité.

Enfin, l’attractivité de Marseille, notamment en matière économique, suppose de soutenir l’économie des talents et d’accompagner l’économie créatrice. Concrètement, je souhaite poursuivre la transformation numérique de Marseille pour en faire une ville innovante où le digital, par de nouvelles applications mobiles, facilitera la vie de ses habitants et favorisera l’activité des entreprises.

Il faudra revitaliser le commerce de Centre-Ville grâce à la mise en place d’une Zone Franche Urbaine et mettre en avant les produits locaux au sein d’une Halle couverte.

Ces quelques exemples illustrent les attentes des Marseillais. Des réalisations ont déjà été accomplies ; de nouvelles, plus fortes encore, doivent être engagées. Je les engagerai.

Voilà les premières réflexions de plan d’action pour Marseille. Un appel au bon sens, à l’adhésion des bonnes volontés et des amoureux de leur Ville, non une simple combinaison politique.

Bruno GILLES

Partager :
Je souhaite être tenu(e) au courant des actualités #EnsemblepourMarseilleJe m'inscris
+